in

Droit des femmes : loi ivoirienne, mentalités, constats, état des lieux

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit. » Article 1 de la déclaration universelle des droits de l’homme. Principe introductif de la déclaration des droits de l’homme est pendant longtemps resté à l’état de principe.

 

Des avancées institutionnelles notables

Depuis lors, les femmes ont lutté pour plus de reconnaissance. Au prix d’une lutte acharnée et incomprise de leurs pairs parfois, elles ont pu conquérir les différents terrains de la vie sociale, petits bouts par petits bouts : droit au travail, droit à la santé, droit à l’éducation, droit au patrimoine, …Le constant est que d’un point de vue légal, les femmes ont remporté une grande bataille : elles ont désormais presque les mêmes droits que les hommes.

Pourtant dans la pratique, les femmes restent victimes de flagrantes discriminations parce que les mentalités, elles, n’ont pas changées. Un énorme travail de sensibilisation doit se poursuivre au sein des populations et surtout des populations rurales. Il n’est pas étonnant que le thème retenu pour cette année 2018 par le ministère de la femme et de la famille soit celui de : « inclusion financière pour l’autonomisation de la femme et de la jeune fille en milieu rural ».

La Côte d’Ivoire n’est pas restée en marge de ces avancées. La dernière date de 2012 avec l’institution du Code de la famille  qui met en matière de gestion de la famille l’homme et la femme sur le même pied d’égalité.  Désormais, la famille est gérée conjointement par les époux qui décident ensemble de sa direction morale et financière. Nous notons également qu’avec l’adoption de la nouvelle Constitution qui reprend les dispositions de la loi sur le foncier rural, la femme autant que l’homme, peut posséder des terres, dans son village. En effet, toute personne physique ivoirienne sans distinction de sexe peut accéder à la propriété du domaine rural.

 

Un travail de sensibilisation à mener

Alors que les institutions juridiques en elles-mêmes ont considérablement évolué, les mœurs  ont stagné et dans la vie quotidienne, la femme est toujours infantilisée, diminuée et reléguée à des rôles de second plan. En effet, les us et coutumes ont la peau dure.

Dans les faits, les femmes sont sous-éduquées ainsi qu’il ressort des statistiques émises par l’Unicef desquelles il ressort des taux de scolarisation et d’alphabétisation inférieurs de 10 points en moyenne à ceux hommes, les femmes sont les premières victimes de violences, les femmes subissent encore des rituels barbares au nom de la tradition, les femmes sont perçues majoritairement comme des femmes au foyer (faire des enfants, s’occuper des enfants, s’occuper du repas familial, être la première à se lever), les femmes sont mariées de force, les femmes n’ont pas le droit à la parole, …

Ce constat est exacerbé dans les zones les plus pauvres que sont le milieu rural ou le milieu périurbain. Dans ces milieux, la petite fille et la femme ne disposent pas de l’ensemble de leurs droits.

 

Avec l’aide des hommes … et des femmes !

Toutefois, ce combat pour une réelle égalité de l’homme et de la femme ne pourra se gagner sans les hommes aux côtés des femmes. Des hommes qui auront compris que leur dignité passe aussi par la condition des femmes et qu’ils n’ont pas à craindre de donner toute leur place à la femme. Ce combat ne saurait aussi être gagné sans l’appui des propres femmes. Aussi étonnant que cela puisse paraître, certaines sont leurs premières bourreaux puisque gardiennes de ces idées conservatrices qu’elles inculquent aux futures générations : division sexuelle du travail et domination des garçons.

Quelques chiffres

  • Le revenu moyen des femmes en Côte d’Ivoire est inférieur de 59% à celui des hommes.
  • 7,5 % de femmes dans le gouvernement en 2010
  • 15% des entreprises ivoiriennes sont dirigées par des femmes selon la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire

 

 

Source : http://www.elle.ci

Que pensez-vous ?

138 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

News People, Comme un ouragan. Stéphanie de Monaco se confie sur la mort de sa mère

Perles D’Afrik souhaite une excellente journée internationale a toutes les femmes du monde entier.