in

C’est mon histoire : mon marabout m’a arnaquée

A 30 ans, Myriam a appris la prudence en affaires suite à sa mésaventure avec un marabout. Une malheureuse histoire qui lui a permis de grandir et de ne plus accorder sa confiance trop vite.


« Les marabouts dans ma famille sont omniprésents et nous servent de guides avant toutes nos entreprises. »

Je suis Malienne et avant moi mes grand-mères le faisaient, mes mamans l’ont fait. Alors, je le fais. Je consulte des marabouts depuis toujours. Je ne m’en suis d’ailleurs jamais caché. Pourquoi aurais-je honte de mes traditions ?  Les marabouts dans ma famille sont omniprésents et nous servent de guides avant toutes nos entreprises. Avant de déménager pour Korhogo, j’avais mon marabout attitré. C’est d’ailleurs une de raisons pour laquelle, je ne me voyais pas quitter mon pays. Mais il m’a rassuré en me disant que ce voyage serait déterminant. J’y serais très prospère et je ferais des rencontres décisives.

Nouvelle aventure

J’étais venue sur Korhogo pour étendre mes affaires. A Bamako, j’avais déjà mis sur pied un réseau de distribution qui se portait bien par la grâce de Dieu. Nous avions réussi à nouer des partenariats stratégiques jusqu’à devenir incontournables pour ceux que nous fournissions. Je pensais répliquer le même modèle hors de nos frontières et pourquoi pas faire la jointure une fois que je maîtriserais le circuit ici.

« Je crois aux signes et celui-là était très clair. Je me suis donc retournée chez moi. »

Mais puisque n’importe quel acte que je posais devait d’abord être validé par un marabout local, c’est donc à la recherche d’un second marabout que je me suis d’abord lancée une fois arrivée. J’ai été orientée par une connaissance vers un premier marabout. Il m’a donné un rendez-vous que je n’ai jamais pu honorer. La voiture que je prenais pour me rendre chez lui était brusquement tombée en panne, si j’en croyais les dires du chauffeur. Je crois aux signes et celui-là était très clair. Je me suis donc retournée chez moi.

Mise en confiance

J’ai pu obtenir un rendez-vous auprès d’un second marabout.  Il était nouvellement installé – comme moi – mais avait déjà acquis une solide réputation d’après les dires de ceux qui me l’ont recommandé. J’y ai vu un signe. Ça devait être lui la rencontre décisive. Il m’a tout de suite mis à l’aise et pour quelqu’un que je rencontrais pour la première fois, j’étais très enthousiasmé. Il était avenant et n’a rien demandé pour cette première consultation. Il m’a mise en confiance et m’a dit que lui se voyait être ce guide dont j’aurais besoin, mais que de mon côté, je devais être sûre également.

« J’en parlais à ma mère qui me répondit de suivre mon instinct et que toutes ses prières m’accompagnaient. »

Il m’en présenta d’ailleurs 3. Aucune de ses personnes ne m’a fait une grande impression, mais les astres étaient d’accord, qui étais-je pour douter ? Nous nous sommes donc associés, cependant tout ne se passait pas comme prévu. Dans la distribution, le respect des créneaux est important parce que toute une chaîne compte sur vous pour se réapprovisionner. Ces trois-là ne le comprenaient pas. Tout allait de travers alors même que j’avais déjà investi de l’argent. Je suis allée voir Moktar qui m’a dit qu’un mauvais esprit tournait autour de mon affaire et que tout ce qui y entrait devait être d’abord purifié.

Je lui ai laissé tout l’argent du second investissement pour qu’il le purifie. C’était 8 000 000 FCFA durement gagné. C’était la première fois que j’entendais une telle demande, mais chacun a ses pratiques. Je suis revenu le lendemain pour récupérer. J’ai trouvé porte close. Je ne me suis pas inquiétée plus que ça, même si c’était la première fois. Mais après deux jours sans nouvelles, j’ai commencé à comprendre. Je suis allée voir un de ceux qu’ils m’avaient présenté. Rien. Il n’était pas venu depuis deux jours. Je n’ai trouvé aussi personne chez le second.

« Là, les langues se sont déliées. Il n’était pas d’ici. Tout le monde s’en méfiait et certains avaient même voulu me prévenir quand ils m’ont vu y aller. »

J’ai demandé autour de moi qui connaissait Moktar parce que je le recherchais et qu’il avait disparu en emportant mon argent. Là, les langues se sont déliées. Il n’était pas d’ici. Tout le monde s’en méfiait et certains avaient même voulu me prévenir quand ils m’ont vu y aller. Mais personne n’avait bougé le petit doigt. Il avait disparu. Les personnes qu’ils m’avaient présentées aussi. J’étais désemparée. Je suis rentrée le lendemain, détruite. Il m’a fallu 1 an pour renflouer cette perte en travaillant deux fois plus en passant par des périodes de dépression. Aujourd’hui je suis plus forte et je ne donne pas ma confiance à n’importe qui. Je me dis alors qu’il avait raison mon marabout, j’y ai fait une rencontre déterminante.

 

LIRE AUSSI >> C’est mon histoire : je suis devenue maman à 15 ans

Source : http://www.elle.ci

Que pensez-vous ?

138 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Festival de Cannes 2018 : Khadja Nin et Ava DuVernay dans le jury

Astuces pour remédier naturellement aux boutons sur le visage